Savannakhet la Belle

Balade
Savannakhet la Belle

Petite balade administrative au Laos voisin avant les fêtes.

Contexte:

autorisation de séjour expirant le 20 décembre, direction Savannakhet pour une demande de visa non-O multiples entrées valide une année.

Contrainte:

être de retour à la maison dans la province de Loei le 24 décembre pour fêter Noël en famille.

Ca démarre.

Départ en voiture le jeudi 19 en fin d'après-midi, mon beau-fils au volant.

Ex-chauffeur pro de mini-vans, amateur de stimulants déconseillés par les médecins et la loi, il a deux passions: rouler sur la voie de droite le plus longtemps possible avant la collision frontale et communiquer en morse via des appels de phares avec les bêtes hurlantes à 10 roues qu'on entrevoit à chaque dépassement.

Direction Mukdahan à 400km de chez nous.

Quelques frayeures, trois arrêts ptt/7 11 et 5 heures plus tard on s'arrète au PC Hotel de Mukdahan. On a remonté le temps (ou on a battu les prévisions horaires de gmap, c'est selon).


La réceptionniste transgenre couchée par terre derrière le guichet est bien occupée à chasser les moustiques avec sa raquette électrique mais trouve le temps de nous tendre la clé d'une chambre à 450b. qui fera très bien l'affaire.

Mon driver familial retourne demain matin à la maison. Je poursuivrai sans lui.

Vendredi c'est joli

07:15 Friendship Bridge de Mukdahan-Savannakhet.

Billet de bus en poche pour traverser le pont (capite à gauche avant les guichets de l'immigration, 50b.)

Pas de file, l'officier - qui a déjà démarré sa playlist youtube - tamponne.

Checkpoint lao de l'autre côté du pont.

Entrée au Laos en exemption de 15 jours (passeport suisse) sans devoir attendre l'ouverture du bureau des visas (08:00). Visite au Consulat Thaïlandais pour déposer ma demande.

J'ai prévu large et me suis levé trop tôt. On sera quatre à se présenter ce jour-là (trois ressortissants philippins et un suisse).

Formalités over pour aujourd'hui.

Direction la vieille ville, l'ancien quartier colonial français.


Savannakhet

C'est ma troisième visite ici, à Savannakhet. Les deux précédantes en ne séjournant qu'une nuit à chaque fois.

Mais cette année, place à la détente, je ne repars que lundi, après récupération du passeport au Consulat.

Ville de 120'000 habitants. La deuxième du pays en terme de population après Ventiane. Commerce frontalier dynamique. Un Old French Colonial Quarter depressed and crumbling nous raconte wikipedia.

Le Talad Yen (marché au climat frais) est le centre du quartier historique. 16:00, Il y fait 38°.

Promenade dans les rues alentours, de belles bâtisses, art-déco parfois, la plupart mériteraient une bonne rénovation. Mais n'est pas Luang Prabang qui veut. Pas de classement Unesco et d'aide financière aux travaux ici. Peut-être un jour, qui sait?


Savannakhet

Quelques structures brutalistes étonnantes, souvenirs de l'architecture stalinienne.

Savannakhet
Savannakhet

Ici, un Bed & Breakfast à la déco bohème soignée, Brel en bande-son, tenu par un français sympathique, homonyme d'un écrivain-voyageur regretté.

Là, un café vintage, le Savan. C'est arrangé de belle manière, façon revendiquée Wong Kar Waïenne. Ambiance que les jeunes - en Thaïlande comme au Laos - semblent apprécier.

Savannakhet
Savannakhet

Et, au bout de la rue la Maenam Kong, le Mékong. Travaux sur les rives. On aménage un quai à l'image de celui de Ventiane.

Savannakhet

J'ai pris mes quartiers au Queen Inn. 850b. la nuit pour une belle chambre, et surtout, un balcon qui domine le talad yen, le marché 'frais' du soir.

Maison coloniale rénovée, staff super sympa.


Savannakhet

Assis dans la véranda en contemplant la place qui s'anime en bas, on s'imagine commercant français fin 19ème, buvant un verre de pastis importé à grands frais, scrutant les cours du teck dans la Revue Indochinoise du lundi.

Madame, l'éventail à la main, se plaignant doucement de la chaleur, nostalgique des soirées méditerranéennes du sud natal adoré.

Un monologue presque inaudible auquel ni son mari ni la servante ne prêtent attention depuis bien longtemps.

Plus tard je descendrai m'attabler au monde réel, sur l'une des terrasses qui entourent le marché et diffusent les derniers tubes thaïlandais du moment.

Savannakhet
Savannakhet

J'ai un compte instagram publique quasi sans followers. Cet après-midi j'y ai posté une photo hashtaguée #savannakhet, likée par un thaïlandais au compte privé. Il a accepté ma demande de following en retour. Une petite recherche google m'apprend qu'il exerce la fonction de Consul Général au Consulat de Thaïlande à Savannakhet.

My Lord, je ne puis décider si c'est de bonne augure pour mes démarches administratives. Faisant fi des alertes paranoïdes qui chatouillent et commencent à piquer, je me lève courageusement. A l'assaut du Talad Yen.

La jeunesse de Savannakhet ressemble à celle de la Thaïlande, en plus saine. Peu de cigarettes aux lèvres.

T-shirts à la mode. Jolies filles. Mobile en main, à pianoter.

Peu d'occidentaux ici. Quelques voyageurs, quelques expatriés.

Un norvégien attablé avec un laotien qui me somme de le rejoindre. Il vient de Pattaya, retraité des plateformes pétrolières de son pays scandinave. Bon-vivant désabusé, il a cet humour et détachement propre aux gens qui ont bien vécu, perdu beaucoup, et décidé de continuer dans la mème veine.

Son compagnon s'appelle Bo, originaire de la ville. On parle un peu Bo et moi. Isaan et Lao c'est pas très différent. Lundi, il repartira à Pattaya avec son boyfriend du moment.

Samedi tout est permis

Réveil douloureux, la 76ème Beer Lao de la soirée était de trop. Maudite soit l'industrie petrolière norvégienne.

Petit-déjeuner recapant, baguette, fruits, excellent café. En face du Lin's. Bien servi.

A 40'000 kip ça peut. On navigue là en prix quasi-phuketiens plein peak de high-season.

Pas grave, la serveuse est charmante. Diplômée d'un bachelor matière principale English teaching de l'Université de Savannakhet, elle a décidé d'améliorer son anglais grâce à ma présence. J'ai beau lui dire qu'elle maîtrise de loin mieux que moi les finesses de la langue de Lizbeth la Dutchess, rien n'y fait.

C'est à 17:00 qu'elle finit son taf. Et compte bien me faire découvrir le beautifull sunset above the Mekong River et les nuits endiablées de Savannakhet la Belle.

Je pince la paume de ma main en entendant mon autre moi, ce triste sire calvino-trotskyste, décliner l'invitation - "I'm not absolutely sure I can". Crétin des Alpes. Le mal est fait, le sourire a diminué de quelques 10ème de radians.

Je finis mon bol de mangue seul, méditant sur les infinis possibles résultants d'une rencontre fortuite qui m'aurait vu devenir pêcheur de pla thong kai, se levant à l'aube, le regard serein, une compagne linguiste de renommée internationale, encore assoupie sur la natte, le beautifull sunrise above the Mekong River baignant la pièce de lumière. Ou propriétaire d'un Bed & Breakfast joliment décoré - tant qu'à faire.

Dimanche ca flanche

Réveil aux bruits de cuisine de la famille. Time to go, time des aux-revoirs.

La Mère des Eaux est bleue today.

Pas de petit-déjeuner trop cher, c'est ton day-off, honey.

A bientôt, dans une autre vie.

Savannakhet

Lundi, la vraie vie

Si le Mékong est bleu, c'est parce que www.bangkokpost.com/mekong-water-turns

14:00 Récupération du passeport au consulat

15:30 L'officier de la Royal Police of Immigration se marre quand je le waï. Tout se perd ma bonne-dame.

16:00 Mukdahan Bus Terminal Station. Plus de siège disponible vers le nord-ouest aujourd'hui. On repassera demain-matin.

En sortant du terminal, une figure connue.

C'est George, un congolais au passeport germanique vivant à l'époque à Nonthaburi, et rencontré à Savannakhet il y'a deux ans.

Il est merveilleusement sapé, toujours aussi volubile. Il parle 5 langues mais en même temps. C'est Dennis Hopper au coeur des ténèbres dans l'adaptation de Coppola.

Il raconte avoir rencontré sa nouvelle femme ici il y'a deux ans au retour du Laos.

Elle travaille à l'un des guichets. C'est drôle.

Samlo à 60b. Enregistrement au Riverfront Hotel - 800b. Ce vieux paquebot à la clientelle chinoise casse pas des briques.

Petit tour au marché indo-chinois, de belles amulettes. Acquisition de quelques mérites au Wat Si Mongkol.

Savannakhet
Savannakhet

Mardi c'est Noël

07:00 Mini-van Mukdahan - Udon Thani, via Nakhon Phanom (300b. environ). Mon voisin de siège est suisse-allemand. 5 heures de trajet en schwitzerdütsch dans les dents.

Savannakhet
Savannakhet

12:00 Central Plaza d'Udon. Achat de petits cadeaux, camembert et charcuteries.

14:00 Bus Udon - Loei (100b.)

J'y regarde Bangkok Traffic Love Story, jolie comédie sentimentale qui avait connu un certain succès il y'a 10 ans. Et retombe amoureux de l'actrice principale Cris Horwang.

16:30 je retrouve mon fils - c'est rare qu'on soit séparé aussi longtemps - et toute la famille. Ils ont déjà bien entamé cette première bouteille de Hong Thong du Noël 2019.